Retour à l'article
Retour page d'accueil

Pour ajouter un commentaire ou une page au débat,
envoyer un mail à
nicodeme@dieumaintenant.com
en précisant sur quel article vous réagissez.

Pour suivre le fil d'un débat, commencer en haut de page.
Pour lire les nouveaux messages, commencer en bas de page.

Noëlle

Quel chemin! J'admire que tu sois arrivée à cette sérénité et que ta rencontre avec les femmes musulmanes t'aie apporté les richesses du partage que j'ai vu, de mes yeux.
Chapeau!

Elisabeth

Ce matin, je découvre le témoignage de Christine intitulé "A la porte!". MERCI pour cette parole si vraie qui porte ce poids d'humanité qui manque souvent à la parole "autorisée " de l'église. Je te rejoins tout à fait par rapport à la pauvreté, à la chasteté c'est-à dire recevoir l'autre sans le posséder, à l'obéissance et au baptême qui suffit.

Oui, Marcel Légaut disait de l'Eglise: "ma mère, ma croix", c'est tout-à-fait vrai. Je crois que tu as raison de dire qu'il faut rester à la base ou même à la porte de l'Eglise... et j'ai vécu un peu la même chose que toi à Pontoise: mieux reconnue comme chrétienne à l'extérieur, par les juifs et les musulmans, qu'à l'intérieur de l'Eglise...c'est en effet assez drôle!

Nous avons connu Joseph Moingt chez les amis de Marcel Légaut, nous ne savions pas qu'il avait été proche de vous. Nous apprécions beaucoup sa réflexion. Dans les groupes Marcel Légaut, il y a malheureusement beaucoup de gens comme toi qui ont été écartés de l'Eglise où qui s'en sont écartés seuls pour les mêmes raisons à peu près. C'est pourquoi je crois que les églises qui se vident et les prêtres moins nombreux ne sont pas une catastrophe mais le signe que quelque chose meurt ....qui est déjà mort et même mortifère!

Les petites communautés dont vous rêviez (et nous aussi) il en existe de plus en plus mais hors l'Eglise autour de la Bible, de la pensée de tel ou tel (Marcel Légaut, Jean Sulivan, Maurice Bellet, etc). Nos contemporains cherchent un sens à leur vie, cherchent à donner le meilleur d'eux-mêmes mais ne demandent plus rien à l'Eglise qui les a souvent déçus. Donc un site comme vous le concevez est intéressant, car c'est encore une porte ouverte, et on a tant besoin de portes ouvertes!

Vincent

Je viens de relire votre témoignage. Après tout ce que vous avez souffert par l'Eglise, je n'arrive pas à comprendre que vous soyez si sévère avec Anne Soupa et Christine Pedotti, dans l'article "Les pieds dans le bénitier", dont vous êtes cosignataire. Les critiques qu'elles font ne sont-elles pas aussi les vôtres ?
J'avoue que vraiment je ne comprends pas.

Christine Fontaine

Je précise que je ne connais pas du tout Anne Soupa et Christine Pedotti. Je ne connais que leur livre "Les pieds dans le bénitier". Il est vrai que je partage un certain nombre de leurs critiques. Cependant je trouve - qu'au moins dans leur livre - elles s'érigent en contre-pouvoir et participent d'une sorte de "néo-cléricalisme" qui me met mal à l'aise.
Vous me direz, peuvent-elles l'éviter? Je crois vraiment que l'Evangile est bien plus subversif que tous les contre-pouvoirs du monde. Pour moi c'est l'abandon du pouvoir institutionnel qui permet de demeurer créatifs. J'ai traversé une période de révolte (est-elle toujours dépassée... pas sûr !) et j'ai fait l'expérience qu'il ne sert à rien de se heurter la tête contre un mur. Il faut vivre, revivre... considérer la réalité telle qu'elle est - en prendre acte - parler librement et trouver le chemin où l'on peut avancer, un chemin qui cherche toujours à demeurer à la frontière...
Par ailleurs je suis bien plus passionnée par ce que peut aujourd'hui permettre l'Evangile que par des questions institutionnelles. Je trouve que ce livre est trop (anti)-institutionnel. Mais c'est ma lecture et je peux me tromper.
Enfin, j'ai écrit l'article auquel vous faites allusion avec Michel Jondot. Nous avions l'impression de nous situer personnellement tout en maniant l'humour... mais notre "humour" n'a pas toujours été compris... c'est sûrement qu'il était mauvais... et nous nous en excusons !

André, le 16/04/2014

Merci infiniment à Christine Fontaine pour ce magnifique témoignage !
Anne Soupa, Christine Pedotti, Christine Fontaine...
Vous faites toutes avancer l'Eglise  celle des baptisé-e-s, peuple de Dieu, prêtres, prophètes, et rois...
prêtres : car serviteurs du Christ ; prophètes : car serviteurs de la Bonne Nouvelle " le Sauveur nous libère "... rois : car serviteurs d'un peuple qui cherche le Dieu d'Amour.
C'est toujours par des femmes - si proches du Christ-Jésus - que ce dernier trouve ses plus admirables disciples !