Page d'accueil Nouveautés Sommaire Auteurs
Retour "Les Pays arabes" Contact - Inscription à la newsletter - Rechercher dans le site

Le quartier de Bab-el-Tebbaneh au Liban
reconstruit par l’association Offre Joie
Dounya Hallaq


Plus que jamais le pluralisme religieux est une menace pour la paix au Proche-Orient. Sans doute faut-il dépasser les limites de nos appartenances chrétiennes pour être fidèles à l'Evangile ? On peut se poser cette question lorsqu'on lit l'expérience de Dounya Hallaq. Cette jeune étudiante en journalisme, chrétienne melchite, possédant la double nationalité syrienne et française, a fait un stage au Liban au coeur de l'association "Offre Joie".
Association aconfessionnelle, apolitique, Offrejoie a été créée en pleine guerre du Liban, simultanément au Liban et en France par des étudiants libanais et français.

Album photos

(0) Commentaires et débats


Un travail sur la frontière

Depuis 2002, l’association Offre Joie est présente à Bab-el-Tebbaneh (Tripoli) pour reconstruire le quartier détruit par la pauvreté et les tensions intercommunautaires.

Tous les ans, Offre Joie accueille de jeunes bénévoles libanais et français venus travailler dans le cadre de ses différents projets. Parmi eux, le chantier de Bab-el-Tebbaneh a réuni cet été une vingtaine de bénévoles et une quarantaine d’ouvriers, recrutés sur place ou dans les alentours de la ville. Si le chantier a débuté en 2002, il s’est interrompu à de nombreuses reprises.

Pour Offre Joie, il s’agit dans un premier temps de mener une lutte contre la misère dans laquelle vivent les habitants. En effet, à son arrivée en 2002, l’association découvre un quartier ravagé par la pauvreté et dont la plupart des infrastructures est à l’abandon. Malgré les odeurs malodorantes qu’ils dégagent, les égouts éventrés et les tas d’ordures un peu partout dans les rues sont les seuls terrains de jeux pour les enfants. Les gens habitent des immeubles aux murs et fenêtres défoncés, souvent à cause de tirs de balles ou de roquettes.

Offre Joie commence donc par travailler sur la frontière entre deux quartiers, soit la région la plus touchée, en reconstruisant les habitations et les infrastructures (comme l’électricité, les égouts ou les canalisations), souvent laissées à l’abandon par les autorités. Le travail de l’association et des habitants permet également l’aménagement d’espaces publics, par exemple de terrains de sport, d’aires de jeux ou encore d’escaliers facilitant la circulation entre les deux quartiers ; le but étant donc dans un premier temps de permettre aux habitants du quartier d’évoluer dans un environnement vivable et de créer des espaces de rencontre. La présence d’Offre Joie sur le terrain est en outre l’occasion pour la municipalité de se rendre à nouveau dans une partie de la ville à laquelle elle n’avait plus accès depuis quelques temps. L’association est donc bien accueillie, aussi bien par la municipalité que par les habitants, qui se montrent très heureux de pouvoir participer au chantier et proposent régulièrement leur aide.


Une action citoyenne

Le chantier se voit plusieurs fois interrompu entre 2002 et 2011, date à laquelle un nouvel élan lui est donné. En effet, l’association se lance dans la création d’un centre sur la frontière entre les deux quartiers, qui a pour projet d’accueillir les enfants, mais aussi les adultes de toutes confessions, afin d’animer la vie du quartier. Les habitants, aidés par Offre Joie, prendront eux-mêmes en main la gestion du centre et des activités.

En réalité, depuis son arrivée, il s’agit pour l’association de véhiculer son message principal, car elle ne voit pas en son travail une action de charité mais une action de citoyenneté. L’idée est donc de faire travailler ensemble les habitants et bénévoles de toutes confessions à la reconstruction du quartier. Offre Joie, association aconfessionnelle et apolitique, fondée sur les valeurs de pardon, de respect et d’amour, tend à promouvoir les idées de culture commune et de responsabilité citoyenne. Il ne s’agit donc pas d’une action ponctuelle de don, mais bien d’un travail sur la durée, faisant participer tous les habitants dans cette même idée de citoyenneté.

Ainsi, l’association entend s’attaquer à un autre fléau qui découle directement de la misère et de la pauvreté. Bab-el-Tebbaneh est connu pour être le théâtre d’affrontements réguliers entre deux communautés, alaouite et sunnite, qui cohabitent dans le même espace mais de façon strictement séparée. Les traces de balles et d’incendies partout sur les murs sont les témoins de ces affrontements meurtriers, dont le dernier remonte seulement à juillet 2011. Et, entre les photos de martyrs, les portraits d’hommes politiques et chefs religieux de courants opposés jonchent les murs.

En effet, le quartier porte les traces d’une histoire proche marquée par les luttes de pouvoir et le confessionnalisme. C’est dans les années 1990, à la fin d’une guerre civile intercommunautaire meurtrière, qu’une alliance se fait entre le Hezbollah, organisation chiite libanaise et le régime syrien d’Assad, lui-même de confession alaouite. Cette alliance a entre autre pour but de s’opposer à la politique menée par Rafic Hariri, premier ministre libanais jusqu’en 2004 et de confession sunnite. Un clivage entre lui et le régime syrien existait depuis plusieurs années, du fait des relations très poussées qu’entretenait le premier ministre avec le régime saoudien, ennemi d’Assad. L’attentat, en 2005, qui entraina la mort de Rafic Hariri scella définitivement ce clivage, opposant sur le territoire libanais et plus particulièrement à Bab-el-Tebbaneh les communautés chiite et alaouite à la communauté sunnite. Si les enjeux des alliances et luttes menées entre les différents acteurs sont avant tout des enjeux politiques, la situation actuelle au Moyen Orient est telle que ces conflits prennent systématiquement une dimension confessionnelle.

Ainsi, ces enjeux politiques et religieux se cristallisent autour du quartier de Tripoli, aujourd’hui clairement divisé entre alaouites d’une part et sunnites de l’autre. Les habitants sont donc pris en otage et régulièrement poussés à l’affrontement, afin de servir des partis dont ils ignorent souvent les intérêts. De nombreux habitants des deux communautés ont ainsi raconté aux bénévoles comment les armes que toutes les familles possèdent leur ont été gratuitement fournies, mais aussi comment les affrontements sont constamment déclenchés par des personnes extérieures au quartier. Et les militaires, présents sur la ligne de démarcation sont impuissants et incapables de réagir.

Les dégâts matériels sont énormes. Les travailleurs d’Offre Joie, ouvriers et bénévoles, sont donc chargés de restaurer tous les bâtiments qui ont été détruits et de repeindre en blanc et rouge toutes les façades, afin d’effacer les traces de conflits et de refléter la lumière.

Mais, au-delà des bienfaits matériels, c’est aussi le dialogue à long terme entre les communautés que l’association tente d’instaurer à nouveau, en faisant travailler ensemble les ouvriers à la reconstruction du quartier. Le centre d’accueil, qui vient récemment d’ouvrir, est en quelque sorte le symbole de cette entente. Le but de ce centre est de faire se rencontrer les habitants autour de projets et d’activités qu’eux-mêmes choisissent et mettent en place. Et les résultats sont pour le moins encourageants, comme en témoigne l’aire de jeux ouverte en août et qui dépend de ce centre, où se côtoient les enfants des deux quartiers pour la première fois depuis de nombreuses années.

C’est donc dans un contexte d’éclatement de la société qu’Offre Joie a voulu promouvoir les idées de citoyenneté et de culture commune. Sa présence sur place a permis la stabilisation de la vie du quartier.


Une oeuvre de pacification

Aujourd’hui, Offre Joie fait partie de la vie du quartier et son travail est très apprécié des habitants mais aussi de la municipalité, qui fournit une partie du matériel. Les ouvriers s’occupent des tâches plus complexes qui nécessitent un savoir-faire, tandis que l’équipe des bénévoles se charge des travaux plus simples à exécuter. Les bénévoles étrangers, à côté de leur travail de chantier, s’occupent des enfants dans les rues, généralement ravis de pouvoir aider. En tant qu'étrangers, ils sont très heureux de l’accueil que leur font les habitants. Entre eux les relations sont très majoritairement amicales, une fois passée l’étape de l’étonnement.

Mais, surtout, la présence de l’association a permis de pacifier localement la situation : ainsi, les deux récentes explosions (octobre et décembre), même si elles ont fait fuir nombre d’habitants et fait quelques blessés, n’ont pas été suivies de violences. Depuis quelques mois, pourtant, en raison des récents évènements en Syrie, la situation est relativement tendue, comme en témoigne la mort de plusieurs personnes le week-end dernier.

Dounya Hallaq (Février 2012)
Pastel de Pierre Meneval