Page d'accueil Nouveautés Sommaire Auteurs
Retour à "Chrétiens en Occident" Contact - Inscription à la newsletter - Rechercher dans le site

Recension de Mgr Rouet
sur L'Eglise en question
un livre de Christine Fontaine et Michel Jondot



Mgr Albert Rouet a été archevêque de Poitiers jusqu’en 2011. Nous pensons que la lettre qu’il a adressée à Christine peut encourager des chrétiens – qu’ils soient dans ou hors institution – dans la mesure où un archevêque partage la vision de l’Église décrite dans ce livre. Nous le remercions d’avoir accepté que sa lettre soit publiée.

Nous faisons suivre cette recension de courts extraits de ce que Christine a écrit sur l'eucharistie auxquels Mgr Rouet fait allusion. Nous rappelons que Christine et Michel sont cofondateurs du site "Dieu maintenant".

On peut commander ce livre chez l'éditeur :
https://www.golias-editions.fr/produit/leglise-en-question/
et également sur les sites de la FNAC ou d'Amazon

(0) Commentaires et débats

Recension de Mgr Albert Rouet

Christine,

Quand votre livre est arrivé, je ne pouvais pas me contenter d’un simple accusé de réception avec les remerciements d’usage. Parce que je connaissais Michel ordonné deux ans avant moi, parce que ce que vous aviez créé à Sainte Bathilde m’intéressait vivement (avec Saint Merry, la chapelle de Montparnasse, l’Assomption et d’autres…). Ces créations m’ont aidé pour constituer le diocèse de Poitier en communautés locales.

J’ai donc lu votre livre et maintenant je peux vous remercier en connaissance de cause, non seulement de me l’avoir adressé, mais surtout de l’avoir écrit.

Je partage entièrement ce que vous écrivez sur le pouvoir en tant qu’il évite de faire confiance. Vos pages sur l’eucharistie sont admirables. Bref, en vous lisant, je me sentais « chez moi ». Les questions que vous soulevez sont réelles et il faut avoir le courage de les affronter et de tenter de les résoudre. Évidemment en partant du baptême.

Depuis longtemps, je réfléchis à un problème qui me paraît fondamental, celui des structures et de leur fonctionnement. Ainsi la paroisse reste un « bénéfice » féodal dont le curé est le seigneur. La preuve : l’orientation du pouvoir est centripète. Tout passe par le curé, sauf exception à cause de son caractère ou de sa théologie. Et le successeur n’est tenu à rien. Or le propre du pouvoir centripète est qu’il n’autorise aucun vrai partage. Il ne tolère que des « aides ».

Un même phénomène se retrouve au niveau d’un diocèse avec les innombrables commissions, services et conseils… tous centrés sur la tête sans véritable transversalité.

La tête ! Paul y voyait l’organe des relations entre les différents membres. C’est un médecin païen, Galien, qui un siècle plus tard, en a fait le poste de commandement. Il est fréquent que le Droit canon suive un païen plus que l’Apôtre ! La conversion demandée est aujourd’hui impérative.

Fraternellement,

+ Albert Rouet
Mis en ligne le 14 juin 2022
Illustration : Chemin de Croix de Dominique Penloup

Sur l'eucharistie
Christine Fontaine (extraits)

L’institution de l’Eucharistie Depuis les origines du christianisme, c’est au partage du pain et du vin qu’on reconnaît les disciples du Christ et qu’ils se reconnaissent entre eux, membres d’un même Corps. Certes on ne pouvait pas alors parler de ministères institués pour présider ces eucharisties puisqu’il n’y avait pas encore d’institution. Elle ne se met en place que dans le courant du 2ème siècle. Depuis toujours on disait : pas d’Église sans eucharistie. Depuis la fin du second siècle on déclare : pas d’eucharistie sans prêtres… et donc pas d’Église sans prêtres… qui selon le récit de la Cène sont tous des hommes. D’où la constitution d’un clergé uniquement masculin. Pour sortir de ce sexisme patriarcal, on peut vouloir remonter avant le 2ème siècle mais on peut aussi se demander ce que signifie depuis toujours célébrer l’eucharistie pour les chrétiens.

Juste après que le prêtre a consacré le pain et le vin, l’assemblée répond : « Nous proclamons ta mort, Seigneur Jésus, nous célébrons ta résurrection et nous attendons ta venue dans la gloire ! » L’eucharistie n’est rien d’autre que l’actualisation de la mort et de la résurrection du Christ dans et pour son Corps qu’est l’Église. Or le Vendredi Saint, un Dieu est mort. Au cours de l’eucharistie, nous célébrons la mort de ce Dieu tout -puissant : celui qui gouvernait le monde, le sanctifiait et l’enseignait du haut de sa splendeur. Le Christ, à l’heure de sa Passion, renonce volontairement à exercer une quelconque domination sur l’humanité. C’est ainsi qu’il révèle un autre Dieu, demeuré caché depuis l’origine, un Dieu qui abandonne toute puissance afin de révéler à chacun qu’il est maintenu, non par ses mérites mais par grâce, dans un Amour totalement libre et gratuit, sans limites et sans fin. C’est ce nouveau visage de Dieu qui se révèle, par Jésus, au jour de Pâques : un Dieu humble et pauvre en quête seulement de notre confiance. Chaque eucharistie renouvelle cet acte par lequel le Dieu de la toute-puissance meurt. Recevoir le Corps et le Sang du Christ c’est se laisser nourrir et abreuver d’un Amour qui passe par nous et nous dépasse afin de devenir capables – de limites en limites - à notre tour d’aimer chacun pour lui-même sans le contraindre à quoi que ce soit, pas même à nous aimer en retour.

Lorsque Jésus, à l’aube de sa vie terrestre, fut présenté au Temple par ses parents, le vieillard Syméon les bénit et déclara à Marie, sa mère : « Vois ! cet enfant (…) sera un signe de contradiction… » (Lc 2,34). La contradiction ne consiste-t-elle pas à faire de l’eucharistie - signe de l’abandon total de tout pouvoir de Dieu sur l’humanité, le moyen d’exercer un pouvoir sacré dont certains seulement – qu’ils soient hommes ou femmes - seraient dotés ? Les relations entre personnes de même sexe ou de sexes différents sont prisonnières d’un jeu de pouvoir dans toutes les institutions humaines. Mais alors que les autres institutions ont une fonction précise, telle que l’éducation ou la santé, l’Église aujourd’hui n’a plus dans la société aucune fonction particulière. Si ce n’est d’annoncer en paroles et en actes la mort d’un Dieu de Majesté et l’advenue d’un Dieu qui « abaisse les puissants de leurs trônes et élève les humbles, comble de biens les affamés et renvoie les riches les mains vides » (Lc 1,51b-52). Quand l’Église manque à cette vocation elle se pervertit. De cette perversion découlent toutes les autres. L’institution ecclésiale aura beau ordonner des prêtres, hommes ou femmes, et instituer des ministères pour des laïcs, elle n’a plus aucune raison d’exister si elle ne combat pas d’abord en son sein la volonté de puissance des uns sur les autres. C’est ce qu’on attend d’elle. C’est parce que, trop souvent, elle ne le fait pas que des croyants la quittent.

Vouloir maintenir l’Église en l’état ou vouloir la réformer sans s’interroger – et se laisser interroger – sur ce pouvoir sacré qui ne serait attribué qu’à certains ou certaines alors que les autres en serait dépourvus, c’est construire sur du sable : « La pluie est tombée, les torrents ont dévalé, les vents ont soufflé, ils sont venus battre cette maison ; la maison s’est écroulée, et son écroulement a été complet » (Mt 21,28). Il n’y a peut-être pas plus de raisons – fussent-elles théologiques - que des prêtres soient seulement des hommes ou que les femmes accèdent au presbytérat. Mais, qu’ils soient hommes ou femmes, cela ne changera rien si des baptisés – quels que soient leur sexe et leur statut – ne contestent radicalement, au nom de l’Évangile de Jésus-Christ, la manière dont s’exerce le pouvoir sacré – celui où Dieu se donne – dans l’eucharistie.

Christine Fontaine
Extraits de L'Eglise en question, pages 150-152