Page d'accueil Nouveautés Sommaire Auteurs
Retour "Les Pays arabes" Contact - Inscription à la newsletter - Rechercher dans le site

Des nouvelles d'Egypte
le 20 août 2013


Comment rester indifférents aux drames vécus dans le monde arabe ?
La question nous semble d'autant plus importante que deux membres de l'équipe animatrice, Iyad et Boutros, sont syriens et qu'un autre, Etienne, a un frere religieux vivant en Egypte. Ce dernier a envoyé une lettre à sa famille. Il nous autorise à diffuser son témoignage :
" Je ne décolère pas " par Xavier, religieux résidant en Egypte
(cliquer sur le titre pour accéder au témoignage).

Nous communiquons également le texte du Patriarche catholique copte. La prudence à laquelle il nous invite devant les information véhiculées par les media devrait nous aider à lutter contre les tentations d'islamophobie qui menacent nos compatriotes. Il faut souligner l'allusion aux musulmans qui se tiennent aux côtés de leurs voisins coptes lorsqu'ils sont soumis à rude épreuve :
" Déclaration de l'Eglise catholique d'Egypte "
(cliquer sur le titre pour accéder à la déclaration).

(5) Commentaires et débats


" Je ne décolère pas ! "
Témoignage de Xavier, religieux en Egypte

Chers frères,

Depuis le 3 juillet, je ne décolère pas chaque fois que je vois les Frères Musulmans (FM) déblatérer leurs sottises et leurs mensonges sur l’écran de télévision dont ils paraissent avoir l’exclusivité. C’est que les journalistes les traitent avec une complaisance bonasse incompréhensible. N’y a–t-il pas eu, le 30 juin, le déferlement dans les rues de 36 millions d’Egyptiens y compris maints pentiti d’avoir voté FM en 2012 ? Pouvait-il y avoir sanction plus claire d’un régime qui n’avait pour objectif que de distribuer les postes de l’Etat à tous ses niveaux aux barbus ? Faudrait-il continuer une administration incapable d’assurer les services minimum, telles que les fournitures en gaz, essence et électricité ? Doit-on appeler « coup d’Etat » ce qui fut une révolte populaire massive, pacifique, enthousiaste ? Aurait-on reproché au peuple allemand de chasser Hitler dès 1934 sous prétexte qu’il avait été élu démocratiquement ? Les autorités religieuses chrétiennes et musulmanes qui ont avalisé la transition du 3 juillet se seraient-elles égarées ?

Les 49,9 ou les 51,1% des voix - on ne saura jamais - obtenues par Morsi au terme d’une campagne électorale fondée sur le slogan imbécile « L’Islam, c’est la solution » auguraient déjà de la fragilité du nouveau pouvoir. Lucide, le peuple s’est vite aperçu qu’en fait d’Islam c’était bien d’islamisme qu’il s’agissait : à long terme, presse et télé de plus en plus jugulées par un Président de plus en plus autocratique, les FM, toutes clés en main, appuyés par les salafistes, menaient le pays vers l’islamisation à la afghane. Rien que d’entendre les prières assourdissantes dans les stations de métro transformées en mosquées avait de quoi donner le frisson.

Depuis sept semaines, les FM refusent de prendre acte du rejet populaire et s’accrochent avec un entêtement débile à une lecture purement formelle de la légitimité. Plutôt que de se ranger comme force d’opposition dans le champ politique, ce à quoi les invite vivement Mohamed El Baradei, ils durcissent leurs traits sectaires et organisent chaque jour des manifestations agressives. Les heurts provoquent des morts qui font leur bonheur : ils les alignent sous l’œil compatissant des caméras du monde entier. Il y aura de quoi alimenter la bouillie de sensations que déverse le journal de 20H00 à des téléspectateurs attendris.

Le fanatisme des FM tourne vite à la schizophrénie au point, je l’ai entendu de plusieurs sources, qu’ils se tuent entre eux quand l’Armée est trop molle. Ils jouent à fond la carte de la victimisation. Dans cette logique, tous les moyens sont bons et le mensonge est bien placé. A propos d’un affrontement, le site Web des FM publie une galerie de photos du « massacre ». Des enfants et des femmes rampent sur le sol couvert de sang. Mais aucune ambulance n’indique avoir transporté des enfants tués. Plus tard, il s’est avéré que les photos provenaient en réalité de Syrie. (Hebdo Al Ahram 7-13 août).

Evidemment, ils tiennent un discours paranoïaque de persécutés et protestent de leur pacifisme. Ce pacifisme, parlons-en ! Vendredi 16 août. Je suis à 200 km de Bayadeya dans un camp de jeunes au Fayoum. Jeudi soir, nous décidons le cœur brisé d’écourter le séjour et de rentrer le matin au village, avant l’orage annoncé après la prière de midi. Je ne vais pas répéter ici ce que la télé vous en a rapporté. Sachez quand même qu’elle omet beaucoup de détails. Par exemple cet enfant de 12 ans auquel ils ont coupé les doigts parce qu’il arborait une photo du Général Sissi ; ou ce jeune homme qu’ils ont massacré parce qu’il ont aperçu une croix dans sa voiture.

Je me contente de parler de la ville voisine de 7 km, Mellawi, 100.000 habitants. Au cours de ce vendredi cauchemardesque, on déplorera 14 morts. Une vingtaine de magasins appartenant à des chrétiens, incendiés. Le Musée d’Egyptologie vidé de tout son contenu. Le Palais de Justice et deux autres bâtiments administratifs incendiés. Une bonbonne de gaz a mis le feu à un temple protestant. L’église catholique dépouillée de ses objets de culte et mise sens dessus dessous. Deux écoles régies par des religieuses, dévastées. Et je ne sais pas tout, et rien ne dit que tout est fini. Mais ne gobons pas leur comédie des Saints Innocents. Mes amis me mettent en garde de retourner faire mes courses à Mellawi : « Avec ta gueule de métèque, tu peux tomber sur un de ces chiens enragés… » C’était bien mon propos de ne pas risquer ma vie pour un pot de yaourt.

Les gouvernants français francs-maçons se moquent pas mal de ce qu’endurent les coptes. Comme en 1990 dans l’affaire du Koweit, les socialistes s’alignent avec veulerie sur l’attitude des Américains. Morsi qui avait le don de calmer le Hamas, les arrangeait. Et Israël s’en trouvait bien, ce qui est la chose la plus importante sur cette planète. Quant aux Français, on a le droit d’en rire : ils attrapent des boutons dès qu’ils côtoient un Musulman mais ils vont s’apitoyer sur le sort de ce président crapuleux. N’avait-il pas condamné haut et fort l’intervention française au Mali, montrant clairement de quel côté il penche.

On me reprochera de ne pas être gentil pour mes concitoyens. C’est que tous les jours, les gens me jettent à la figure leur incompréhension : « La France nous lâche. Elle n’est pas meilleure que l’Amérique. Elle écoute les mensonges des barbus, etc. »

Bon, j’arrête de p… du vinaigre. C’est dimanche. Dehors, le soleil brille. Sous ma fenêtre ahane un âne. Dans la venelle s’amusent les enfants. La vie continue.

Xavier
le 20 août 2013


Déclaration de l'Eglise catholique d'Egypte

L’Église catholique d’Égypte suit avec douleur et anxiété, mais dans l’espérance, les souffrances qu’endure notre pays du fait d’actes terroristes abjects qui tuent les personnes, brûlent les églises, les écoles et toutes les institutions de l’État. Du fond du cœur, par amour pour notre patrie et en solidarité avec tous nos frères égyptiens, chrétiens et musulmans, nous nous efforçons, dans la mesure de nos possibilités et de nos moyens, d’entrer en contact avec de nombreuses organisations amies dans le monde, pour les éclairer en vérité sur la situation actuelle. Et nous voulons insister sur ce qui suit :

- Notre soutien ferme, lucide et libre à l’égard de toutes les institutions du pays et tout particulièrement la police égyptienne et les forces armées, qui déploient tous leurs efforts pour la protection de la patrie.

- Nous apprécions le comportement des pays qui s’efforcent loyalement de comprendre le caractère spécifique des événements actuels et nous refusons absolument et catégoriquement toute tentative d’intervenir dans les affaires intérieures de l’Égypte ou d’influencer ses décisions souveraines, quel qu’en soit le but ou le prétexte.

- Nous sommes reconnaissants à l’égard de tous les medias égyptiens et étrangers qui communiquent les nouvelles et les événements avec objectivité et impartialité, et nous condamnons les medias qui propagent des mensonges et falsifient la vérité dans le but d’induire en erreur l’opinion publique mondiale.

- Nous exprimons nos remerciements à nos honorables compatriotes musulmans qui se sont tenus à nos côtés, autant qu’il leur était possible, pour défendre nos églises et nos institutions.

- Enfin, nous interpelons la conscience mondiale et tous les responsables des pays pour qu’ils comprennent et croient que ce qui se passe actuellement en Égypte n’est pas une lutte politique entre des factions rivales mais qu’il s’agit d’un combat de tous les égyptiens contre le terrorisme.

En terminant, nous voulons présenter nos condoléances à toutes les familles et aux proches des victimes, et nous demandons au Seigneur la guérison de tous les blessés.

Vive l’Égypte libre.

+ Ibrahim Isaac Patriarche d’Alexandrie des Coptes Catholiques
Président de l’Assemblée de la Hiérarchie Catholique d’Égypte
Le Caire, le 18 août 2013