Page d'accueil / Nouveautés / Sommaire / Auteurs
Retour "Carrefour des arts" / Contact, inscription à la newsletter et rechercher dans le site

Présentation d'Abdelkader Guermaz


La sensibilité soufie d'Abdelkader Guermaz nous a engagés à accompagner ses oeuvres
d'un texte du poète persan Hafez (mort en 1389).
Le souffle mystique de ces vers a une portée universelle qui peut rejoindre tout croyant.

Mon âme est le voile de Son amour,
mon oeil est le miroir de Sa grâce
ni devant la terre, ni devant le firmament
je ne me prosternerai ;
mais Ses bienfaits ont fait se courber
un esprit trop fier pour s'abaisser.



Ce temple de la vénération, que nul péché
mais seul le zéphyr peut approcher,
que suis-je donc pour m'y aventurer ?
Et pourtant : bien souillée est ma robe :
cela blessera-t-il le Très-Pur, le Très-Haut ?



Il est passé près de la rose,
elle lui déroba son parfum, sa couleur.
O bienheureuse étoile qui révéla
le secret de la nuit et du jour :
à mes yeux, Son visage,
à mon âme, Son amour !



Nul mortel n'a pu Te voir,
Mille amoureux Te désirent pourtant;
il n'est pas de rossignol qui ne sache
que dans le bouton dort la rose.



L'amour est là où la splendeur
vient de Ton visage : sur les murs du monastère
et sur le sol de la taverne,
la même flamme inextinguible.



Là où l'ascète enturbanné
célèbre Allah, nuit et jour,
où les cloches de l'église appellent à la prière,
où se trouve la croix du Christ.