Page d'accueil (adultes) Nouveautés (adultes) Sommaire Auteurs
Page d'accueil (jeunes) Nouveautés (jeunes) Retour à " Vivre ensemble " Contact-Newsletter-Rechercher

Les homosexuels et les catholiques
Astrée


Astrée est agnostique. Elle a participé à un débat sur internet à propos de la place des homosexuels dans l'Eglise catholique. Elle nous donne sa position et la réponse qu'elle a reçu d'un prêtre en nous demandant de nous situer à notre tour. Nous le faisons bien volontiers en répondant d'abord à ce prêtre, ensuite à elle-même.

Point de vue d'Astrée

Réponse d'un prêtre sur internet et réaction d'Astrée

Notre réponse au prêtre

Notre réponse à Astrée

Ecrire ou lire les commentaires (5 commentaires)

Point de vue d'Astrée

En guise de courte présentation, je dirais que je suis jeune, agnostique (athée en pratique) et féministe. J’ai parlé de la position de l’Eglise catholique sur les homosexuels avec Loïc, un chrétien de mon âge. Il m’a répondu qu’il ne comprenait pas cette obsession maladive chez certains (dont je suis certainement pour lui !) à vouloir démolir les positions de l'Église sur ces sujets controversés, comme si l'Église n'avait pas le droit de s'exprimer et d'exposer sa vision des choses. Je voudrais aujourd’hui répondre à Loïc.

Je suis pour la liberté d'expression et à ce titre je pense que l'église catholique a le droit d'exprimer ses opinions sur tout. Corollaire immédiat : j'ai également le droit de dire ce que j'en pense, en bien ou en mal. J'ai le droit de dire que l'avis de l'église sur l'homosexualité me semble complètement dépassé et injuste. Vous vous étonnez que certains s'emploient à démolir les positions de l'église... je ne comprends pas votre surprise. L'église ne fait pas que dire que l'homosexualité est un péché, elle agit aussi à un niveau plus pratique, plus  politique ", par exemple en disant tout le mal qu'elle pense de la légalisation du mariage homosexuel, en faisant du lobbying en ce sens, et j'en passe. Il suffit de lire ce que proposait Christine Boutin quand elle était encore candidate aux présidentielles. Quand on veut se mêler de la vie de personnes adultes en leur disant avec qui elles doivent se marier, il ne faut pas s'étonner que ces mêmes personnes se rebiffent, et que se rebiffent avec elles tous ceux qui pensent que personne n'a à intervenir dans ce choix-là.

C'est très bien qu'il soit maintenant conseillé d'accueillir les homosexuels avec gentillesse et de ne pas les rejeter, et je suis sûre que c'est ce que faisait déjà beaucoup de chrétiens. Mais ça ne me fait pas oublier que :

- La bible n'est pas tendre envers eux. Pour un bouquin censé être inspiré par Dieu, ça ne respire pas l'amour du prochain. Je veux bien qu'on me parle de se remettre dans le contexte de l'époque, mais dans ce cas qu'on admette que la bible est un ensemble de livres qui donne une idée des mentalités du peuple hébreu, et rien de plus. Je pense que vous connaissez les fameux : " Tu ne coucheras pas avec un homme comme on couche avec une femme. C'est une abomination... Oui, quiconque commet l'une de ces abominations, quelle qu'elle soit, tous les êtres qui les commettent, ceux-là seront retranchés de leur peuple. ", " L'homme qui couche avec un homme comme on couche avec une femme, c'est une abomination qu'ils ont tous les deux commise, ils devront mourir, leur sang retombera sur eux. " (lévitique). Les chrétiens qui vomissent la violence du coran oublient celle de leur propre livre. Ou alors, il faut admettre que Dieu a sacrément changé de discours.

- Les discours officiels de l'église n'ont pas toujours été aussi engageants envers les "sodomites", allant jusqu'à les menacer du bûcher, histoire de.

L'homophobie et le rejet des homosexuels ne sortent pas de nulle part.

Astrée

Réponse d'un prêtre sur internet et réaction d'Astrée

Chère Astrée,

L’Église ne peut pas faire autrement que de devenir antipathique et de se faire des ennemis : elle a reçu pour mission de son Maître de dénoncer tout ce qui devait l'être.

C'est ainsi que Jésus dit : « Ne croyez pas que je sois venu apporter la paix sur la terre : je ne suis pas venu apporter la paix, mais le glaive. Oui, je suis venu séparer l’homme de son père, la fille de sa mère, la belle-fille de sa belle-mère : on aura pour ennemis les gens de sa propre maison. Celui qui aime son père ou sa mère plus que moi n’est pas digne de moi ; celui qui aime son fils ou sa fille plus que moi n’est pas digne de moi ; celui qui ne prend pas sa croix et ne me suit pas n’est pas digne de moi. Qui veut garder sa vie pour soi la perdra ; qui perdra sa vie à cause de moi la gardera. "

Pour l’Église, comme devant Dieu, le mariage homosexuel est une abomination. Et il faut prévenir les hommes que, même si tout devient permis sur la terre, après cette vie, il y a un jugement immédiat. Donc, les chrétiens doivent " se mouiller " dans le monde, quitte à être persécutés ensuite.

La persécution, pour le chrétien, est une chose tout à fait normale, inévitable en tout cas :
(…) « S'ils m'ont persécuté, vous aussi ils vous persécuteront ; s'ils ont gardé ma parole, la vôtre aussi ils la garderont. Mais tout cela, ils le feront contre vous à cause de mon nom, parce qu'ils ne connaissent pas celui qui m'a envoyé. »

Bien sûr que les positions de l’Église sont attaquées, pour moi, il n'y a aucune surprise en cela ! Et ce n'est pas une question de droit, mais de vérité.

Personnellement, c'est bien à cause de la foi que je me suis retrouvé à vivre seul, c'était tout à fait cohérent, je savais qu'il en serait ainsi. Car il y a désormais en moi un Esprit qui non seulement me montre mes fautes, mais fait de moi un ' empêcheur de tourner en rond '. Et c'est lorsque je dois supporter des moqueries que je suis dans la Joie, puisque tout cela a été prédit bien avant que je naisse en ce monde. Ah, vivement quitter le monde et rejoindre mon Dieu !

Réaction d'Astrée

Etre persécuté ou plus simplement moqué à cause de ses idées ou des propos que l'on tient n'est pas le signe que les idées en question sont bonnes ou qu'on est dans le vrai. Un homme qui déclarerait à la télévision que les femmes sont inférieures aux hommes, ou que les Noirs sont des animaux, ou que les catholiques devraient être exterminés... s'exposerait à de nombreux ennuis (rejet social, menaces judiciaires, insultes...). Ca n'en ferait pas un chantre de la vérité pour autant, ce serait juste un con qui aurait mieux fait de ne pas l'ouvrir.

Si Dieu condamne les couples homosexuels à l'enfer, alors je n'ai aucune envie de le connaitre.

Notre réponse au prêtre

Cher Père,

Le monde n’a pas l’impression que les chrétiens ont le courage du martyre. Les évêques sont les premiers à regretter leur timidité au moment de La Shoah et ils ne sont aujourd’hui pas très courageux pour dénoncer un système monétaire qui fait des exclus par millions. Certes, dans notre pays, le Secours Catholique leur vient en aide mais qui, à la suite du Pape François, s’insurge sur les vraies causes ? Un peuple, en Palestine, est dépouillé de sa terre, Gaza est étranglé par l’embargo et l’Eglise de France continue à affirmer que Dieu – conformément à sa promesse - a donné cette terre au peuple d’Israël ; Dieu veut-il ces actes sauvages€? Ceci ne peut que heurter la conscience des hommes de bonne volonté. Non, l’Eglise de notre temps n’est pas celle des martyrs.

« Pour l’Eglise, comme devant Dieu, le mariage homosexuel est une abomination », dites-vous. Cette affirmation, jusqu’à une date récente, était celle de la société tout entière ; les homosexuels étaient unanimement considérés comme des êtres anormaux et l’Eglise partageait sur ce point les convictions de la société. La conscience morale évolue et les autorités catholiques ne suivent pas. Courage du martyre ? Voyons-y plutôt la preuve que bien des catholiques font partie des forces conservatrices du pays. Concédons-lui le droit de s’exprimer, écoutons ses arguments mais dans un pays démocratique et laïque ils ne peuvent faire loi. Les critiques d’Astrée n’ont rien de cruel dans une démocratie.

Vous faites appel au jugement de Dieu. Celui-ci nous échappe : « Qui suis-je pour juger ? » disait Le Pape François. Présenter Jésus comme un être menaçant revient à pervertir l’Evangile. Certes, on peut citer le sermon sur la montagne qui prétend accomplir la Loi. En réalité, ce texte fait apparaître que tous sont pécheurs et que si Jésus donne sa vie c’est pour que tous soient sauvés. Nous serons étonnés de voir que nous, les bons croyants, nous serons précédés dans le Royaume par les prostituées et les financiers véreux. Dans la mesure, bien sûr, où ils auront su aimer.

Je précise que j’aime l’Eglise. C’est la raison pour laquelle son comportement me peine. Pourquoi tant et tant de personnes la fuient ? Pourquoi les églises se vident-elle ?

Nicodème

Notre réponse à Astrée

Quand on parle de l’Eglise on a tendance à confondre le discours officiel et la conscience des baptisés. Ceux-ci sont loin d’être unanimes pour condamner « le mariage pour tous ». En christianisme, on considère que la morale ou le dogme viennent de ce qu’on appelle le « peuple de Dieu ». L’institution ne peut aller contre ce que l’ensemble des baptisés affirme. En l'occurence, il semble qu'ils soient bien plus divisés qu'il n'y paraît. Par ailleurs, un baptisé est tenu à suivre sa conscience plutôt que la loi. Celle-ci indique un chemin général mais lorsque ce chemin est impraticable pour certains, ils ont à inventer d’autres passages. En christianisme, ce n'est pas d'abord l'obéissane à la loi qui compte mais le fait de croire à l'amour de Dieu qui rejoint chacun dans son histoire singulière. Le fait d'y croire pour en vivre à son tour.

En réalité, la morale de l’Eglise concernant la sexualité est une relique de la morale des sociétés. Il n’y a pas si longtemps ses interdits n’avaient rien d’original. Ce n’est pas elle qui en Angleterre a condamné Oscar Wilde à la prison. La société évolue, l’Eglise également mais à un rythme différent : avec retard sur certains domaines, notamment en ce qui concerne la sexualité mais sur d’autres - comme la dénonciiation du pouvoir de l'argent - d’une manière prophétique.

Oui, on peut trouver dans la Bible des interdits qui sont ceux d’une époque. Ils ne font pas nécessairement loi dans l’Eglise ; David ou Salomon et bien d’autres avaient plusieurs épouses ; ces temps-là sont révolus. La condamnation de l’homosexualité qu’on y trouve n’est pas plus définitive que la polygamie. En réalité, quand on l’envisage dans son ensemble, on découvre dans la Bible une ouverture sur un monde qui n’est pas celui du jugement mais de l’amour. Ce qui fait de nous des justes n’est pas une bonne conduite mais la foi. Saint Paul développe cette idée dans ses Lettres.

Un des drames qui menacent chacun d’entre nous, c’est de sombrer dans la culpabilité. Quand Jésus, comme le croient les chrétiens, vient accomplir les promesses de l’Ancien Testament pour sauver les hommes c’est pour les arracher au poids que font peser sur eux les fautes qui les troublent. Il est aussi à l’aise devant un Scribe comme l’était l’Evangéliste Matthieu que devant un financier véreux ou devant une prostituée. Lorsqu’on interroge le Pape François sur les homosexuels, sa réponse est parfaitement évangélique : « Qui suis-je pour juger ? »

Il est possible que des homosexuels soient pointés du doigt par des chrétiens et quelques fois par des prêtres. Les racines de leur condamnation ne viennent pas de l’Evangile mais d’une société composée de sujets qui ont, comme dit Jésus, « le cœur dur ». Quand aux homosexuels puissent-ils avoir un double courage. Qu’ils sachent marcher la tête haute sans peur d’être jugés. Mais surtout que leur particularité ne les dispense pas d’aimer en vérité, c’est à-dire d’être prêts à donner leur vie pour celui ou celle qu’ils ont choisis.

Nicodème
Peintures de Michaël King

Ecrire ou lire les commentaires (5 commentaires)