Page d'accueil Nouveautés Sommaire Auteurs
Retour à " Histoire de l'Eglise " Contact - Inscription à la newsletter - Rechercher dans le site

Premiers siècles du christianisme


Aux origines du célibat des prêtres d'Occident
Michel Poirier

La discipline du célibat imposé aux prêtres fait l'objet de nombreuses contestations qu'on ne sait pas toujours justifier. Michel Poirier a étudié pour nous, de très près, la pratique ecclésiale concernant le mariage des prêtres et des évêques jusqu’au septième siècle. Il nous fait part de découvertes restées largement dans l’ombre jusqu'ici. A coup sûr, les sources du célibat ecclésiastique ne sont ni dans l’Écriture ni dans la Tradition au sens fort du mot mais dans la sensibilité d'une époque qui voyait dans l'exercice de la sexualité un domaine impur, incompatible avec le sacré. Michel Poirier conclut très sobrement : "Qui, de nos jours, mettrait en avant l'impureté de la couche conjugale ?"


Aux origines du célibat des prêtres d'Occident (suite)
Michel Poirier

Dans une interview accordée en juillet dernier à un journal italien, le pape François rappelle que le célibat ecclésiastique n’a pas sa source dans l’Evangile ; pendant des siècles, dit-il, la plupart des prêtres étaient mariés. Mais, au Vatican, on s’inquiète des propos du pape. Un cardinal de Curie, Walter Brandmüller, estime de son devoir de démontrer que cette thèse n’est pas fondée. Nous avons demandé à Michel Poirier de nous aider à nous situer dans ce débat.


L'organisation de l'Eglise des premiers siècles :
des pistes de réflexion pour aujourd'hui ?
Michel Poirier

Il est instructif de voir comment fonctionnait l'Eglise au temps où elle était encore indivise, avant le milieu du 5ème siècle. C'est aussi vers la fin du 4ème siècle que le canon des Ecritures a été fixé.


Sur la présidence de l'Eucharistie
Laisser ouvert ce qui ne doit pas être fermé
Paul Tihon

La présidence de l’eucharistie par un ministre non-ordonné est-elle théologiquement acceptable ? Si oui, à quelles conditions ? Ces questions étaient posées, il y a une cinquantaine d'années, par des théologiens sérieux. Elles doivent demeurer ouvertes aujourd'hui, affirme Paul Tihon.