Page d'accueil Nouveautés Sommaire Auteurs
Retour à " Eglise en question " Contact - Inscription à la newsletter - Rechercher dans le site

Chrétiens du monde


L'ordination des femmes ?
Didier Lévy

Par souci de cohérence, les rédacteurs de Dieu Maintenant ne publient pas d’articles de lecteurs même si les réactions de ces derniers sont les bienvenues et insérées à titre de commentaires. Nous faisons exception pour ce texte qui rejoint les soucis de bien des chrétiens en notre temps.
La manière théologique d’y aborder le problème de l’ordination des femmes semble intéressante. Mais nous tenons à souligner que cette question, à tort ou à raison, nous paraît secondaire. Une femme autant qu’un homme est capable de sombrer dans le cléricalisme. Il nous semble plus urgent d’œuvrer pour que le presbytériat ne soit pas considéré comme l’exercice d’un pouvoir. Nous souhaitons avant tout que les laïcs cessent d’être devant les prêtres comme des enfants devant des parents à qui on dit « Père » ou « Mère ».


Les femmes dans l'Eglise catholique
Joseph Moingt

Joseph Moingt est un ami de très longue date. Au cours d’une journée passée à échanger avec lui, nous l’avons interrogé sur ce qu’il pensait de la place de la femme dans l’Eglise. Cet article est la retranscription de l’entretien (enregistré et revu ensuite par Joseph) que Michel Jondot et Christine Fontaine ont eu avec lui. Nous sommes heureux de vous faire participer à cette conversation…


Le pape François : un homme de pouvoir ?
Nicodème

Nombreux sont les baptisés qui applaudissent les paroles et les gestes du Pape François. D'autres lui adressent des reproches. Que peut-on en penser ?


Amoris Laetitia ou « La joie de l’amour »
Nicodème

A l'issue du synode sur la famille, L'Eglise attendait de connaître la position du Pape François. Il aurait pu s'exprimer par une "Encyclique", comme l'avait fait Paul VI par exemple, en publiant "Humanae vitae". Une encyclique fait loi pour toute l'Eglise. François a préféré écrire une "Exhortation". Il s'agit d'un encouragement à vivre, d'un texte qui ne s'impose pas mais donne à réfléchir. Pour notre part nous nous en réjouissons. Entre tradition et modernité, un chemin est ouvert par cette "Exhortation".


Indulgence plénière !
Christine Fontaine

A la suite de l'article de Michel Poirier " Vous avez-dit : 'Indulgence plénière' ?", Christine Fontaine relit la parabole du fils prodigue (Luc 15, 1-32). Elle constate un certain contraste entre la pratique proposée par l'Eglise et l'indulgence plénière du père décrite dans l'Evangile.


Vous avez dit : "Indulgence plénière" ?
Michel Poirier

J’ai bien conscience qu’une réflexion sur la pratique des indulgences paraîtra oiseuse à beaucoup au 21ème siècle, et qu’elle susciterait l’ironie d’un Voltaire. Mais l’histoire est là : ce débat a joué un grand rôle il y a 500 ans dans le déclenchement de la Réforme et la naissance du protestantisme à partir de 1517, et l’on va constater qu’au moment où catholiques et protestants s’apprêtent à commémorer cet anniversaire dans une fraternité retrouvée, ce dossier ne peut être tenu pour refermé. L’ « Année de la miséricorde » ouverte en décembre 2015 par le pape François est assortie d’une indulgence plénière, gagnable dans des conditions définies, et ce retour au premier plan de l’indulgence suscite des interrogations, en particulier dans les cercles œcuméniques.


Compassion et combat
Michel Jondot

Nous poursuivons notre réflexion dans le cadre de l’année de la miséricorde proposée par le Pape François.
« Heureux les miséricordieux » : sont miséricordieux ceux qui, à l’exemple et à la suite de Jésus, vivent au carrefour de la justice et de l’amour. Au nom de l’amour, ils combattent pour qu’advienne la justice.


" Miséricorde ! "
Nicodème

8 décembre 1965 : clôture du Concile Vatican II.
8 décembre 2015 : ouverture d’un jubilé pour en marquer l’anniversaire. L’humanité est invitée à changer son cœur, à devenir « miséricordieux comme le Père est miséricordieux ». Mais que peut aujourd’hui signifier cette expression après les attentats du 13 novembre ?


L'Evangile pour les croyants et les non croyants
Cardinal Martini

Le Cardinal Martini a été nommé archevêque de Milan en 1979. Il est décédé le 31 août 2012 à l’âge de 85 ans.
Le Corriere della Sera a publié à titre posthume, un entretien qui avait eu lieu avec lui le 8 août, 2012. le cardinal Carlo Maria Martini, au lendemain de son décès, survenu le vendredi 31 août 2012 à l’âge de 85 ans. C’est une sorte de testament spirituel dont « Dieu Maintenant » désire hériter et faire partager l’héritage.


Le synode romain sur la famille
Nicodème

« La vocation de la famille dans l’Eglise et dans le monde contemporain » : tel est le thème du prochain synode qui se tiendra à Rome du 4 au 25 octobre prochain. Ses travaux seront la suite de ceux de l’an dernier. Ils auront été préparés par une large consultation : un questionnaire avait été envoyé par Rome sur le sujet dans tous les diocèses. A partir des réponses des catholiques et du rapport des travaux de l’an dernier, a été rédigé un texte sur lequel travailleront les évêques.
Ce document intitulé « Instrumentum laboris » (Instrument de travail) est disponible. Nicodème l’a lu et tente de vous en donner un compte-rendu.
Malgré la présentation typographique, il est difficile de faire la distinction entre les propos tenus par les évêques et ceux qui sont retenus de la consultation des autres baptisés. Par souci de clarté, notre présentation n’en tient pas toujours compte.


Pour la multitude
Michel Jondot

"...des hommes de toutes les nations qui sont sous le ciel..." Act 2,1.
Les mots qui désignent les destinataires du don de Dieu lors de la première Pentecôte peuvent dire, aujourd'hui encore, les dimensions de l'Eglise lorsqu'elle échappe à la tentation du repli.


Communier dans l'Eglise catholique
Christine Fontaine

A l’occasion de la fin de la première session du synode sur la famille, l’équipe animatrice de « Dieu maintenant » a publié une déclaration sur l'accès à la communion pour les catholiques vivant des situations matrimoniales irrégulières. Nous y disions notre sentiment que la question nous semblait mal posée. Christine Fontaine développe ici les arguments qui nous ont poussés à faire cette déclaration. Elle tente également de faire apparaître la portée, pour la vie en Eglise, de notre position.

On trouve la déclaration sur l’accès à l’eucharistie des catholiques vivant des situations matrimoniales irrégulières en cliquant sur le lien suivant :
A propos de l'accès à l'eucharistie (à l'occasion du synode romain sur la famille). Par ailleurs, un article de Michel Poirier concerne le partage de la communion entre chrétiens séparés (protestants, orthodoxes et catholiques) : " Chrétiens séparés : partager la communion ? " (Cf article ci-dessous).


Chrétiens séparés : partager la communion ?
Michel Poirier

Les chrétiens qui, étant de confessions différentes, ont fait des choses ensemble, ont noué des relations fraternelles profondes, souffrent (et parfois s'indignent) de ne pas pouvoir communier à la même table eucharistique. Où en est-on ? Où en sont nos Églises là-dessus ?


"Le Dieu concret est aujourd'hui !"
Nicodème

Le pape François a accordé une interview destinée à être diffusée dans toutes les revues jésuites de la planète. Ce texte marque un tournant dans l’histoire de l’Eglise. « Dieu Maintenant », en le lisant, a l’impression que ses intuitions ne sont pas marginales. Nous soulignons les grandes lignes de ce beau document d’Eglise.


L’ère chrétienne va-t-elle bientôt commencer ?
Nicodème

Michel Serres est un philosophe de renommée mondiale. Cet académicien refuse de se reposer sur des lauriers bien mérités. Avec un œil vif et bienveillant il regarde naître un monde nouveau. Ecrivant « petite poucette » il en parle avec un humour et un sérieux qui interrogent, sans le dire, la conscience chrétienne.